Melancholia

Crédits image : Gabriele Diwald

Humant le délicat parfum de ma vie morose, le regard tourné vers l'extérieur des murs qui me retiennent prisonnière, je gribouille machinalement quelques mots qui ne trouveront écho que dans mon cœur. La pluie tombe en silence, je l'observe à travers les fenêtres poussiéreuses. Ignorant le bruit des bavardages incessants qui m’entourent, je laisse le vide inonder mon être. Les souvenirs du temps passé envahissent mon esprit. Le regard emplit de bienveillance que tu posais sur moi n’est plus qu’une image brumeuse, vestige d’un amour brisé. Des gouttes d’eau se posent sur les vitres. Mes larmes coulent. Mon cœur s’étiole.

Partager ce post :

0 commentaires:

Publier un commentaire

AIDE : cliquez sur le menu déroulant à droite de "Commentaire" pour choisir comment vous souhaitez apparaître. Par exemple Nom/URL pour poster avec un pseudo et/ou votre adresse de site internet, Anonyme pour commenter en tant qu'anonyme, etc.