Soir d'hiver

Crédits image : ?


Ma vie bascula ce terrible soir d'hiver où tu fis de moi ta captive. Pour obtenir le droit de vivre, mon existence entière disparut dans un éclat de poussières pourpres. Les parcelles de mon passé éclatèrent sur les méandres poussiéreux de toutes ces absurdités commises. J'accomplis le pire des crimes, l'impardonnable : partager le lit de cet homme, le lit d'un terrifiant assassin... ton lit. Envoûtée par ta beauté ténébreuse, ce soir où la neige tombait en abondance et où ce liquide rouge vif scintillait de tes canines, je m'étais laissée guider dans ta demeure vampirique. Tu agonisais, tu désirais du sang, le sang frais d'une jeune humaine innocente. Mon sang. Inconsciente, je t'offris ce sang tant désiré. Tu t'abreuvas dans les veines de mon cou, lentement, d'une exquise délicatesse, sans interrompre tes caresses sensuelles. Je frissonnais au contact de tes lèvres froides qui effleuraient ma gorge. Tandis que la peur s'emparait de moi, tu levas une main hésitante avant de toucher doucement l'une de mes joues rougies par la gêne. Tu remarquas cette petite larme qui coulait le long de mon visage. T'approchant de mon oreille, tu me murmuras de ta voix envoûtante : « N'aie crainte frêle humaine, tu m'as offert bien plus que ton sang. Je ne pourrai t'ôter la vie. Accorde-moi juste... un peu de ta chaleur, si différente de celle des bêtes. » Cette chaleur, je te l'offris, amoureuse de ta détresse, de tes yeux si mystérieux et de toi, tout simplement. Pourtant, je ne pouvais ignorer ta dernière phrase qui me laissa perplexe. Que t'avais-je offert de plus que mon sang ? Mon vampire, je dormis à tes côtés enveloppée de tes bras protecteurs pendant un temps qui me sembla éternel. Lorsque tes lèvres saisirent les miennes, je crus vivre un parfait conte de fées. Malheureusement, les fées appartiennent au jour et les vampires à la nuit. Je le compris trop tard, le mélodrame déjà en marche, j'avais commis le pêché irrémissible de t'offrir mon amour auquel tu avais répondu. Ceci n'est qu'un au revoir, le monde de la nuit est si vaste... je te retrouverai dans les abysses ténébreux de l'enfer auxquels je ne pourrai échapper pour payer mon crime tâché de sang. Ainsi, nous poursuivrons notre Roméo et Juliette.

Partager ce post :

0 commentaires:

Publier un commentaire

AIDE : cliquez sur le menu déroulant à droite de "Commentaire" pour choisir comment vous souhaitez apparaître. Par exemple Nom/URL pour poster avec un pseudo et/ou votre adresse de site internet, Anonyme pour commenter en tant qu'anonyme, etc.